L’hypnose profonde, clé de toutes les réussites

Par le Professeur Grégoire JAUVAIS, M.D.,Sc.D.,Ph.D.

Qu’est-ce que l’hypnose et qu’est-ce que l’ortho-psycho-thérapie appliquée sous hypnose ? Comment peut-elle aider à améliorer l’état de santé ou à éliminer les surcharges pondérales, notamment ?

L’hypnose n’est pas un état de sommeil mais, au contraire, un état de conscience psychologique modifié durant lequel le Conscient (siège de la Raison) se ferme à l’extériorité pour s’ouvrir à l’intériorité, c’est-à-dire au Sub-Conscient, siège de l’Emotion, ce qui permet de faire passer un message (une information) du Conscient (qui est le Ministre des affaires extérieures) au Sub-Conscient (qui est le Ministre des affaires intérieures). Le message informationnel passe, alors, de la Raison à l’Emotion, des mains de l’Architecte (du Conscient) dans les mains du Constructeur (du Sub-Conscient).

Mais, pour que ce phénomène puisse se produire, il faut que le sujet à hypnotiser dans un but thérapeutique, notamment, effectue un lâcher-prise, une auto-intro-suggestion. Imaginer et émotionner, c’est-à-dire vivre émotionnellement le contenu informationnel de l’hétéro-suggestion (le contenu des paroles prononcées par le praticien-hypnotiseur).

S’il ne croit pas, s’il n’imagine pas, s’il ne ressent pas en lui ce que lui dit le praticien-hypnotiseur, il ne fera pas une auto-intro-suggestion et, donc, ne pourra pas entrer en état auto-hypnotique.

En vérité, il n’y a pas d’hétéro-hypnose, une hypnotisation réalisée par le praticien-hypnotiseur, mais seulement une auto-hypnose, une hypnotisation provoquée par le sujet (ou par le patient) lui-même, en lui-même, sur la base d’une croyance-imaginative « émotionnellisée ».

Autrement dit, c’est l’auto-intro-suggestion (le fait d’accepter une idée hétéro-suggestionnée) qui permet d’implanter dans son propre Sub-Conscient cette idée étrangère, de la faire sienne en la vivant émotionnellement.

En fait, l’hypnose est une focalisation du Conscient sur une idée. C’est un mono-idéisme qui permet de programmer notre Sub-Conscient réactionnel, naturant, somatisant, concrétiseur.

Quand une personne regarde, par exemple, une pièce de théâtre ou un film au cinéma ou à la télévision et qu’elle rit ou qu’elle pleure selon que l’évènement qu’elle vit émotionnellement est drôle ou dramatique, elle est en état d’hypnose. Il en est de même lorsqu’elle hurle ou applaudit en regardant un match de football ou lorsqu’elle est très en colère ou qu’elle saute de joie parce qu’elle a gagné gros au loto, par exemple.

Etre en état d’hypnose, c’est être dans l’Emotion, dans le Sub-Conscient (en intériorisation, en vécu interne), non dans la Raison, dans le Conscient (en extériorisation, en vécu externe). C’est passer de l’extériorité psychologique à l’intériorité psychologique. L’hypnose est une inversion de la conscience psychologique, comme quand on retourne sa veste, par exemple. Elle permet de faire ou de défaire une liaison, d’acquérir ou d’éliminer une idée. Elle agit à l’exemple d’une fermeture éclair, qui jointe ou disjointe deux pans.

Sans cette faculté, on ne pourrait pas programmer notre Sub-Conscient, on ne pourrait rien apprendre ni changer d’idée, bref, on ne pourrait pas vivre, tout simplement. Vivre c’est penser ; penser c’est s’hypnotiser, se fasciner. L’hypnose est une auto-fascination, une conscience psychologique hyper-focalisée sur le contenu d’un évènement unique. C’est, donc, le contraire d’un sommeil profond, d’un état in-conscient.

Effectivement, un sujet en état (auto-)hypnotique entend et comprend tout ce que lui affirme le praticien-hypnotiseur. Il peut sortir, spontanément, de son état si ce que lui dit l’hétéro-suggestionneur est contraire à ses valeurs morales ou à ses intérêts. Voilà pourquoi on ne peut violer l’esprit et le corps d’une personne auto-hypnotisée qui s’y refuse. En vérité, le viol et/ou la manipulation mentale n’existent pas sans le consentement de la personne auto-hypnotisée, que ce consentement soit conscient ou inconscient.

Une personne qui affirme avoir été mentalement manipulée est dans le déni complet de son propre consentement. Elle s’est laissé volontairement « manipuler » par les dires des uns ou des autres. Elle n’était pas obligée de les croire. Elle n’avait qu’à réfléchir, raisonner, faire usage de son intelligence. C’est aux faibles à devenir forts.

Croire à ce que dit une tierce personne ou croire à ce que l’on se dit à soi-même (auto-intro-suggestion auto-suggérée) c’est s’auto-hypnotiser. C’est donner consentement à l’hétéro-suggestionneur, en fait à ses propres croyances. Et là où il y a consentement, il n’y a pas viol.

L’Etre est gouverné par ses croyances, vraies ou fausses. Il est totalement responsable de ce qu’il croit, de ce qu’il pense, de ce qu’il fait ou de ce qu’il se fait.

Un tribunal, par exemple, qui condamne une personne accusée d’avoir profité de la « faiblesse » (?) mentale d’une personne normale, dont on reconnait, par ailleurs, sa lucidité d’esprit lorsqu’on l’incite à voter, par exemple, commet une grave injustice.

L’hétéro-manipulation mentale est une pure vue de l’esprit, d’un intellect ignorant, incapable de réfléchir logiquement, sans préjugés, sans a priori.

En vérité, il n’y a qu’une auto-manipulation mentale, c’est-à-dire une manipulation de l’esprit du sujet par suite de ses propres croyances, de sa propre imagination, de sa propre émotion.

En résumé, l’état auto-hypnotique est un vécu interne basé sur une acceptation totale d’un contenu informationnel, hétéro-suggéré ou auto-suggéré, sans laquelle acceptation elle ne peut s’inscrire (s’imprimer) dans le Sub-Conscient du sujet auto-hypnotisé.

L’hypnose est-elle thérapeutique ?

Non ! Le mot Hypnothérapie est un non-sens.

L’hypnose est, en elle-même, un phénomène neutre. Elle est à l’acte mental ce que l’anesthésie est à l’acte chirurgical. C’est dire qu’elle n’a aucun pouvoir thérapeutique. C’est le verbe (la psychothérapie) appliqué à un sujet en état auto-hypnotique qui est thérapeutique, qui induit la guérison de ce sujet lorsqu’il est positif, conforme à la loi vitale qui nous régit inexorablement.

En effet, l’hypnose ne fait que favoriser la pénétration d’une idée dans le Sub-Conscient d’une personne qui vit émotionnellement cette idée hétéro- ou auto-suggérée.

Et c’est le Sub-Conscient réactionnel du sujet auto-hypnotisé qui concrétise (matérialise, somatise) ensuite, dans ce dernier, le contenu, positif ou négatif, de la programmation sub-conscientielle effectuée par le sujet lui-même, selon ses propres croyances.

C’est donc le verbe (la suggestion) qui doit être positif, adapté à l’état psychorganique de la personne hypnotisée.

Que peut-on obtenir de positif sous hypnose ?

Grâce à la vraie hypnose, on peut exalter tous les sens et développer toutes les facultés mentales et organiques et obtenir, ainsi, des résultats positifs et assez rapidement, selon les buts à atteindre, à condition, toutefois, que le sujet hypnotisé soit motivé et constant (persévérant) dans sa démarche.

En état (auto-)hypnotique, une personne est beaucoup plus réceptive au contenu d’une idée suggérée qu’en état de veille. Elle peut, alors, introduire dans son Sub-Conscient le contenu des idées suggérées par le praticien-hypnotiseur. Ce dernier n’a pas la possibilité d’introduire une idée dans le Sub-Conscient d’une personne hypnotisée, mais seulement de l’induire. C’est la personne elle-même qui l’introduit en elle parce que le contenu de cette idée suggérée lui convient, va dans le sens de ses désirs profonds (avoués ou inavoués).

En état auto-hypnotique, surtout si celui-ci est profond, le sujet peut supprimer ses douleurs, éliminer ses surcharges pondérales ainsi que de nombreuses maladies non accidentelles, telles que l’asthme ou les dermatoses, par exemple. Il peut développer la confiance en lui, l’aptitude à apprendre plus facilement la musique ou une langue étrangère ou les mathématiques, par exemple, se débarrasser de ses phobies, de ses vices (alcool, tabac, etc.), de ses mauvaises habitudes… Bref, il peut changer positivement à tous les points de vue.

En l’Etre vivant, le Conscient est le Vouloir (élément actionnel, pro-créateur), alors que le Sub-Conscient est le Pouvoir (élément réactionnel, créateur) ([1]). Le Sub-Conscient peut, donc, concrétiser toutes les programmations réalisées par son partenaire intime, le Conscient, avec l’aide d’un praticien-hypnotiseur hautement compétent en techniques hypnotiques et en ortho-psycho-thérapie.

Les échecs, lorsqu’ils se produisent, sont dus soit au fait que le verbe appliqué au sujet hypnotisé est négatif ou pas suffisamment positif, soit au fait que le sujet n’est pas vraiment entré en état auto-hypnotique, ce qui empêche la repositivation du mental de ce sujet, dont la concrétisation de ses désirs.

En résumé, l’hypnose permet de se dé-connecter du monde externe, environnemental, pour se connecter sur le monde interne, sub-conscientiel (émotionnel, naturant, somatisant).

Mais, pour pouvoir entrer en état (auto-)hypnotique et, ensuite, pour pouvoir se re-positiver mentalement, se perfectionner, grâce au contenu du verbe assimilé (auto-intro-suggestion), il faut que le sujet lâche prise, qu’il accepte d’abandonner ses tensions internes, ses fausses croyances, ses préjugés, ses a priori et ses défauts mentaux et comportementaux, bref sa bêtise qui obscurcit son jugement et qui bloque l’activité de son intelligence innée, sa force vitale auto-réparatrice, auto-régénératrice, auto-guérisseuse…

Quoi qu’il en soit, c’est toujours cette force vitale, interne, libérée dans son expressivité par suite d’une programmation positive du Sub-Conscient s’exprimant lui-même essentiellement à travers le système neuro-végétatif, donc hormonal, qui rectifie les processus bio-chimiques au sein des cellules, des organes et des tissus, favorisant, ainsi, la santé et, conséquemment, la disparition des maladies non accidentelles.

C’est effectivement le développement de la santé (naturelle) qui chasse naturellement les maladies non accidentelles (douleurs, dépression nerveuse, asthme, dermatoses, etc.), de même que les stress, les phobies, les toxicomanies, etc.

La pratique plus approfondie de l’auto-hypnose est sans danger lorsqu’on la réalise sous le contrôle d’un praticien-hypnotiseur hautement compétent. De plus en plus de médecins allopathes l’utilisent actuellement à travers le monde et, même, en France, notamment pour faire des opérations chirurgicales. Il en est de même des psychothérapeutes comportementalistes.

Sa contre-indication principale est l’épilepsie non pas parce qu’elle est dangereuse dans ce cas mais pour sécuriser le praticien hypnotiseur.

© by G. JAUVAIS. Editions Série Radieuse. Anglet – France. Tous droits réservés pour tous les pays du Monde. Reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.


([1]) Pour bien comprendre ce mécanisme, lire mon livre : La Bible du Succès. Editions Piktos, rue Gutenberg – 31750 Escalquens – France.

Les commentaires sont fermés.